I'm back in saddle again

Oyé, oyé, petites particules binaires égarées dans le faisceaux de la grande toile, je reviendu du dehors, du monde de l'autre côté du miroir. Là où il faut se soucier de ses excréments, du temps qui passe, du cac 40, et des saisons...Là où on passe des vacances.

Mais ne parlons que de l'essentiel.

Pendant mes vacances...(notez que c'est là seule et unique fois que j'évoquerais, dans un trip d'égotisme mesuré, ma personne sur ce présent blog) Pendant mes vacances donc, j'ai rencontré des gens. Et je me suis aperçu à ma grande surprise, que si l'existence virtuelle est par essence l'outil qui aide à évoquer son existence analogique, le contraire est désormais possible. Je m'explique, on a souvent parlé d'internet à ses débuts comme un moyen de confession, d'expiation, de défoulement, d'évocation. J'en donne pour exemple ce présent site: si tous les blogs ne convergent pas vers le monde réel, 85 % au moins sont du "journal intimne". Le contraire est-il possible? Z'avez déjà vu un collègue de boulot vous acoster au café du matin en disant: "tain', hier j'ai chaté comme un fou sur meetic, y a un meuf elle avez l'air trop nickel. Mais tu vois au départ, elle voulez pas me donner son asv...". Et comment tu peux le comprendre , ce type? Comment tu sais qu'elle était trop bonne? Mais qu'est-ce qui raconte lui? Sors de chez toi. Lâche ton PC. Caricatural mais pas loin de la vérité. Autre situation: entretien d'embauche ou oral de concours. Vous citez internet (une personne virtuelle, une source virtuelle, une situation virtuelle). Vous prenez un bouillon.

Pourtant, j'ai pu observer que le virtuel commençait à prendre corps dans le réel, en ce doux mois d'août. Exemples:

1/ un type me dit devant un apéro, l'oeil fatigué et nostalgique: "depuis que j'ai eu mon gosse, je n'ai plus de vie virtuelle..." M'en a pas dit plus, mais lourd de sens.

2/ des amies déconnent sur un site de chat: l'une d'elles accroche un mec, le mec s'accroche à elle. EIle veut sa photo, il donne la photo d'un obscure acteur américain de série Z, puis une photo de lui trés floue, puis finalement une photo de sa soeur qui lui ressemble vachement. Puis elles rencontrent d'autres mecs, gros marrants, énigmatiques, ou encore marrants. Le lendemain une de ces copines, la moins initiée aux us et coutumes virtuelles, tente de me raconter leurs aventures de la veille sur le réseau."Tu comprends le mec, chameau13, m'a dit ça, alors le mec, Darkmouizz124, a dit ça, et moi j'ai dit ça...". Comme si cela s'était passé au bar du coin.

3/ Une rumeur veut qu'un mec s'est fait licencié en racontant des saloperies sur son travail sur un chat. Un autre type qui trainait sur ledit chat et connaissait le patron de la boîte, a cafté ses propos. Ca s'est passé à côté de chez moi, dans le jolie monde professionnel de football. Crucifié part le net.

Parler de ses aventures sur le web, ça me paraissait parfois surréaliste. Peut être plus maintenant...Nos enfants ne se poseront certainement plus la question des frontières entre les deux mondes.